Aïcha, réflexologue,
à Chambéry

Du métier d'infirmière à celui de réflexologue


Je me prénomme Aïcha et à l'origine je suis infirmière, diplomée d'état.

Lorsque j'étais en poste, j'ai fait la rencontre d'une soignante formée à la réfléxologie plantaire. Et j'ai pu voir les bénéfices de cette pratique. Elle apportait du bien-être aux personnes hospitalisées, un sentiment de détente. Elle soulageait la douleur et débloquait même des problèmes intestinaux.

J'ai choisi de me former, à mon tour, à la réfléxologie plantaire, une formation complète et enrichissante. Puis je me suis également formée en réflexologie palmaire, car les mains sont une zone accessible au monde et certaines personnes se sentent plus à l'aise lors des soins.

Au cours de mes différentes pratiques professionnelles, je me suis découverte un talent pour cette discipline. Dès la première séance, les personnes en sortaient satisfaites et plus détendues. J'ai donc décidé de poursuivre dans cette voie.

Confrontation aux addictions et spécialisation


En service de traumatologie, j'ai rencontré des patients qui ne pouvaient presque plus se déplacer mais qui continuaient malgré la souffrance et les risques à aller fumer. Cette expérience m'a bouleversée.

J'ai cherché une formation qui me permette de comprendre les mécanismes de l'addiction afin de savoir comment je pourrais les aider à guérir.

C'est ainsi que j'ai effectué un Diplôme Universitaire de Thérapies Comportementales et Cognitives (TCC) spécialisé dans les addictions. Sur le campus de Jacob Bellecombette, j'ai eu la chance d'apprendre auprès de formateurs extraordianaires, notamment Christine Davidson et Philippe Maso, dont je vous recommande l'ouvrage La Contre-addiction.

Aujourd'hui, ma vie je la consacre à ce que l'autre se sente au mieux de sa forme et qu'il soit en équilibre avec ses valeurs et ses désirs.